Blog Image

Webismoi Blog

About this blog

Webdesign is a wide word today. It means many things and mainly many activities that are going to get developped more and more into a company. But behind the word webdesign stands a very clear world of design and each company has its own entity and has its own design. This blog will discuss the trends of the webdesign and how your company could be more succesful using the right approach of webdesign.

La Guerre ils ont

Web content Posted on Fri, August 02, 2019 18:58:39

La guerre ils ont

C’est un mot que l’on perçoit de loin, mais c’est un mot qui est bel et bien présent dans nos vies de tous les jours et que l’on nous enseigne à l’école. C’est souvent la guerre sur terre. La guerre qui se veut se déclarer au nom du bien contre le mal. Mais ce bien et ce mal, dans une situation de guerre, sont par évidence réversibles. Comment peut-ont juger quel adversaire est du bon côté ? Chaque adversaire est animé par une raison du bien pour combattre l’autre et il est certain qu’en temps de guerre, chaque partie advere se considère comme être le bien contre le mal.

Ce titre « la guerre ils ont » est aussi rattaché à la guérison. Pourquoi la guérison ? Car quand la guerre se déclare, la guérison en sera vendue comme solution… La guerre est là pour nous tenir au courant des menaces que nous autres terriens sommes capables d’organiser pour faire tourner nos sociétés, pour protéger notre économie et surtout pour conserver notre rentabilité. La quête du mieux-être et du meilleur avoir est alors vendu sous ses plus belles couleurs d’hypocrisie et de mensonge qui, dès lors qu’elles sont démasquées, deviennent la source de conflit menant à des guerres. La guerre ils ont eu, oui, et la guerre ils ont toujours. La guérison… Pourquoi d’après vous la guerre entre les hommes existe-t-elle ? Il est temps d’essayer d’exprimer un petit maping littéraire d’idée d’un fléau que l’homme moderne peut tout à fait se rendre prêt à faire disparaître s’il le souhaite vraiment. Le souhaitons-nous vraiment? Telle est la question. La guerre? Où bien la guérison? Ce titre ici est un jeu de mots, vous n’en doutez pas. Mettre en avant la guérison, d’après une vue globale de la situation actuelle dans un champ d’actions qui se dirige forcément à une solution de guerre, c’est essayer de guérir du mal être qui s’est construit au propre insu des hommes. L’analyse méticuleuse des mécanismes de chaque individu lorsqu’il intéragit avec une ou plusieurs personne, lui avec autrui, lui contre autrui et enfin lui seul contre lui même, a pour but de libérer l’homme de l’ignorance et de construire une route spirituelle propre qui ne se salit jamais. Pour arriver à établir les premiers sentiers qui méneront à cette route, nous devons tous, mieux que de nous soigner encore, nous guérir. Il sera présenté dans ce texte une passerelle entre deux champs d’opposition au travers de sujets, qui malgrès leurs définitions opposées, semblent se croiser à une intersection qui les relient de manière confuse. Car ces sujets s’inversent en présence de fausse croyances, se confondent l’un envers l’autre sans même que l’on s’en aperçoicent consciemment et se mélangent silencieusement en créant des situations dont il est impossible de reconnaître le sens ni même la raison. Il est bon d’éclairer ici le fait que chaque sujet, qu’il soit existant ou une invention novice, a toujours un absolument contraire qui se définit. Si la guerre est un sujet, la paix en est son sujet contraire. Si la guerre fait naître un besoin de guérison, alors la guérison est un sujet qui se lie à la guerre. Mais la guérison est aussi liée à la paix. Hors la paix est le contraire de la guerre. La passerelle qui relie la guerre et la paix, est donc la guérison. Ces trois sujets vivent ensemble. Tous les trois ont pour particularité de se montrer sur du long terme, parfois en silence, parfois en faisant beaucoup de bruits et d’efforts. Si guerre il y a, guérison pour des hommes il y aura pour réparer les multiples préjudices que celle-ci aura mis en oeuvre. Et la paix sera l’espoir de tous. Une espérance qui se réalise lorsque la victoire ou la défaite montre son visage. Quand l’homme gagne, il est en paix. Quand l’homme perd, il doit aussi trouver la paix. Une guérison spirituelle est attendue. La plus cartésienne possible, cette guérison doit tout de même aller chercher plus loin que la théorie de rationalité de l’auteur “Descartes”, surtout dans sa fameurse théorie du cœur et de la raison, si l’on prend en compte les détails et non pas seulement la surface (référence “le cœur qui a ses raisons dont la raison ignore”). Se plonger dans la description des mots et des maux, en détails, que le verbe “ignorer” se veut cacher, éviter, ou tout simplement ne pas comprendre, est l’enjeu de ce texte. Car c’est dans les détails de l’ignorance que l’on transforme l’axiome, qui se veut confronté à la raison, en savoir. La raison bien détaillée de la raison du cœur est possible de décrire. Elle est aussi possible de définir. Elle est surtout une raison qui existe et sur laquelle nous devons passer plus de temps à disséquer, l’ignorance étant un sujet qui porte à confusion a le pouvoir de laisser des plaies ouvertes dans les artères de la pensée, celles des sentiments et surtout celles de la biologie de l’être humain.

Comment vivre dans la maladie en quête de guérison lorsque l’on sait parfaitement que l’on ne peut pas s’en sortir gagnant ? Quelle force cachée l’homme et la femme peuvent-ils utiliser pour guérir ? Comment se fait-il que d’un côté il y a la guerre qui détruit, rend malade, et tue des peuples, alors que de l’autre côté se positionne un combat pour le soin global des concitoyens ? Pourquoi des liens se nouent entre les être humains alors que des conflits naissent de ces rapprochements ? Les interconnexions relatives à deux sujets qui se rapprochent puis s’opposent sont des enjeux majeurs à détailler. Beaucoup d’entre nous acquiescent le fait d’ignorer les détails. Est-il vraiment nécessaire de ne pas s’attacher aux détails, dans un monde qui remue de tous les côtés ? Aller droit au but et ne jamais dévier de la trajectoire ; N’est-ce point là une erreure basique à justement défier ? S’attacher aux plus petits détails en allant même jusqu’à inclure les probabilités qui les composent a forcément pour résultat de dévoiler une peinture sur la vérité. Et la vérité, c’est que dans ce monde actuel, il ne peut pas y avoir de vérité. Nous survolons les thèmes. Nous y ajoutons des filtres pour mettre en hégémonie des normes incontournables. Comme si la société n’aurait plus le temps de lire les explications des sources d’évènements et faits qui ont amené les conflits et les règles de justice à se positionner. En revanche nous avons l’accès à la lecture de romans et à la visualisation de films qui nous prennent une énergie considérable. D’un côté il est conseillé d’avancer comme des moutons sans regarder ce qui pourrait y avoir sur les autres sentiers de vie, d’entente, d’amour et de raisons du cœur, et de l’autre on nous demande de construire des produits et services toujours plus compliqués à mettre en oeuvre et toujours plus déclinés de façon à répondre à de nouvelles fonctionnalités technologiques et intelectuelles. Ne voyez-vous pas une certaine incohérence dans la logique de faire plus court pour convaincre de ce qui est extrèmement développé grâce aux détails fonctionnels ? Il semble que de décrire les détails fasse perdre du temps ici. Mais lorsque les détails sont dits, il est plus facile, au sens des relations humaines, de gérer des objections contraignantes. Personne ne pourra jamais retenir en détails une explication. Mais du fait de les avoir entendus, celui qui les reçoit ne peut que en avoir pris consceince. De même que celui qui est dans le détails ne peut que les connaître, les avoir retenu et par conséquence savoir qu’il les a décrite à son interlocuteur pour éventuellement traiter une objection contraignante. Dès lors que l’on survole un sujet, il manque des explications essentiels qui vont faire qu’un conflit n’est pas gérable, qu’il s’accroît dans l’ignorance et qu’il finit par exploser de manière significative pour devenir un argument de guerre. Il semble aussi que la monétisation de nos échanges engendre une certaine demande de gain de temps qui elle va permettre de monétiser encore plus. Mais c’est là que nous avons tout faux. Gagner du temps pour encaisser plus d’argent, si cette analyse est réellement ce qu’elle décrit ici, c’est gagner de l’argent tout en sachant qu’un conflit existe, même s’il n’est pas visible dès le départ. En détaillant les justificatifs dans un monde où l’argent est nécessaire à la survie, nous construisons une fiabilité irréprochable et nous capitalisons sur une approche qui a pour conséquence d’avoir un cycle de vie exponentiel sur du long terme. N’est-ce donc pas ce que nous avons besoin aurjourd’hui? Conserver l’ignorance comme titre et continuer de vivre dans une maladie de destruction et de guerre n’a aucun sens aux yeux de la société que l’homme se doit de créer. Ne jamais guérir de ce cercle vicieux, et ignorer qu’il existe des cercles vertueux paraît au sens des hommes une abération fatale. Mais c’est pourtant dans ce schéma que nous construisons notre société et c’est aussi de ce schéma qu’il est temps de s’éloigner. Il est même temps de le radier complètement de nos mentalités pour laisser place à un schéma qui permet à chaque individu de se reconnaître soi même sans avoir à culpabiliser de ce sentiment. Car obtenir une reconnaissance pour une action qui a pour finalité de se détruire ou bien d’être amené dans une configuration conflictuelle n’est en aucun cas un bénéfice gratifiant. Et jouer avec le feux laisse des cicatrices qui parfois ne peuvent plus cicatriser. N’est-il pas suffisant d’avoir pour mort notre corps physique à la fin de notre vie ? Faut-il, pour vivre, ajouter des chuttes mortelles dans tout ce que nous entreprenons pour sauvegarder la loi d’un quelconque bénéfice monétaire ! Ces questions incitent avec une petite pointe d’arrogance d’aller vers la guérison. Mais ces questions restent des questions fermés et ouvertes, pour lesquelles vos réponses doivent faire appel à votre propre mécanisme de structures de pensée. Ces mécanismes sont propre à chacun, mais ils sont construits de la même manière chez tout le monde. Il est par pure logique d’ajouter que certaines personnes ont forcément l’inconscience de contrer la pensée matrice de ce texte. Et c’est pour cela que les détails qui vont continuer d’être mis en lumière ici auront pour but de faire entendre une vérité qui certe ne peut pas être celle de tout le monde. Mais cette explication veut faire entendre une raison. Et cette raison, c’est peut-être celle que le coeur combat contre la raison.

Discuter de guerre et de guérison sur un blog de web designer est loin d’être le plus approprié, si, et seulement si ce métier pouvait ne pas reproduire le schéma tenté d’être décrit plus haut qui a toujours pour finalité le mal que les guerres et la que la compétition des agences de communication et de publicité provoquent. Cette compétition ne cesse de croître au travers de méthodes de plus en plus vicieuses qu’imposent les lois du commerce. C’est la guerre entre les hommes, leurs sociétés, leurs propres familles et le propre soi de soi-même (notre égo). Nous devons prendre un tant soit peu conscience dans nos esprits et dans nos fondations qu’un mal être général est en train de grignoter silencieusement nos vies. Que la maladie des uns, prend le dessus sur ceux qui ont la santé aujourd’hui mais qui ne l’auront pas toujours. L’homme a mis en place des aides, ce qui illumine éventuellement la bonté des êtres humains entre eux mais qui veut aussi dire que l’homme a une certaine conscience d’une probable injustice qui existe dans nos fondations. En laissant place à des soins pour améliorer la vie des démunis, nous acceptons que la structure de la société s’appuie sur un schéma qui nécessite de se battre pour s’en sortir. En partageant nos avoirs, nous acceptons aussi que certains ne peuvent pas avoir de la même manière que nous même. Cette acceptation met en place un cycle récurrent qui est au fur et à mesure critiqué et finit par être une nouvelle source de conflit, d’injustice et de combat. Des nouvelles structures se créent pour répondre à ces conflits et dans certains pays où la structure des aides est casiment innéxistante, ces structures nouvelles ont aussi un nouveau rôle à jouer. Si l’on comparait cela à une maladie, les soins des uns se transforme en service à vendre auprès de tous ceux qui souhaitent sortir de la maladie. Ceci provoque une vision perverse des soins, voire une vision déloyale et sans véritable désir d’aider. Nos peuples, qui parfois se retrouvent victimes d’injustice et de haine gratuite en conséquence des guerres du bien contre le mal et de la compétitivité des nations contre les autres, ne sont-ils pas en train de nourrir ce mécanisme par leurs propres démarches ou tout au moins par l’acceptation générale des démarches mises en place ? Lorsqu’on parle de peuple, il est constitué d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont chacun uniques et capables de comprendre ce qui est bien pour eux-mêmes, pour les autres et pour le vivre ensemble en tant que groupe. L’humanité toute entière sait qu’il faut éviter que le mal déborde de trop dans nos vies de tous les jours. Alors pourquoi nos peuples s’appuient sur des mécanismes de menaces, d’armées et de frontières quand nous sommes tous à même de différencier le bien du mal ? Les hommes arrivent à harmoniser un tel plateau de théâtre qu’il est impossible de passer au travers du détails de tout ce qu’il s’y passe entre eux et il serait idiots de ne pas décrire, d’un point de vue constructif et positif, ce qu’il se passe vraiment dans ce mécanisme qui engendre des conflits. La scène de conflit de l’humanité n’est autre qu’une plaisanterie de très basse maturité que les enjeux conservent de manière complètement absurde, hypocrite et surtout incohérente comme il a put être décrit dans ce schéma mis en avant plus haut dans ce texte. Et pour aller plus loin, au nom de prétendus gentils hommes, femmes et enfants, l’idée que la guerre est incontournable pour protéger nos intérêts communs restera un cadenas bloquant l’entrée de la porte de l’échappatoire par laquelle tant d’entre nous souhaiteraient que ces conflits parviennent à franchir. Et pour ne plus jamais les revoir entrer dans notre société et bousculer nos vies, notre bien-être, notre guérison et notre attrait pour l’amour. Ce cadenas, seul un nombre infime est capable de l’ouvrir, soit avec la clé du bien en ignorant le mal, soit avec une arme prête à détruire ce cadenas par force hors de la loi. Un nombre croissant d’auteurs de “best sellers” sur le le développement personnel semblent mettre en avant l’existence d’une clé qui ouvre cette porte. Mais si l’existance d’une clé est une excellente nouvelle, elle ne reste pas moins une nouvelle égoïste basée sur le même schéma de l’ignorance. Et cette fois-ci, c’est sur l’ignorance des autres et de leur impossible succès dont il s’agit. Si l’humanité en arrive à ignorer son prochain, c’est donc sans précédant qu’il faut que l’idée de trouver la clé de ce cadenas disparaisse. Car ce n’est pas derrière ce cadenas que la porte de la guérison se trouver, et si vous avez compris dans quel schéma ce texte définit notre structure et ouvre une réflexion sur une autre, alors vous comprendrez aussi que c’est le schéma qu’il faut trouver, et non pas la clé. Car il est évident qu’une porte de sortie, pour que la guerre s’en aille de notre planète et qu’elle nous permette de faire entrer en échange la guérison, existe. Et ce n’est pas Dieu qui l’inventera, mais les hommes, les femmes et les enfants. Pour les hommes, les femmes et les enfants de ce monde. Il est temps de guérir. Et il est surtout temps de prendre conscience que nous sommes tous malades… Mais qui vraiment (si nous devons définir la cible indirectement touchée)? Quelle est la définition détaillée du schéma et de quoi souffrons nous précisemment dans ce schéma ? Vers où devons-nous nous diriger si l’on construit un nouveau schéma ? Comment innover sans tenir vraiment compte du schéma existant ? Et pourquoi un nouveau schéma est essentiel à notre survie ? (pour ceux qui n’auront toujours pas compris le schéma actuel)

Nous sommes malades, enfermés dans le déni de nous-même ainsi que celui des autres. Nous faisons semblant, volontairement ou involontairement, d’avoir pris conscience que pour vivre ensemble, il faut accepter et mettre en oeuvre une routine qui circule sur un fil conducteur. Ce canal est une chaîne de règles sur lequel il faut casiment être un jongleur équilibriste concentré afin d’éviter de tomber. Heureusement, plusieurs outils de sécurités nous offre la chance de se relever lors d’une chutte. Mais parfois la chutte est fatale. En avançant sur cette chaîne, Il faut accepter de se laisser dominer par des barrières qui ne laissent passer que des élites ou bien des personnes mal intentionnées qui arrivent à les contourner sans respecter leurs règles. Les outils de sécurités sont à la porté de tout le monde et sont déployés de sorte que même le mauvais puisse bénéficier d’une chance de revenir sur la chaîne, tout en sachant que son champ d’accessibilité à un quelconque obstacle sera considérablement diminué, voir innexistant. Derrières ces barrières sont apposées de nouvelles barrières afin d’assurer les premières barrières. Toute une organisation hiérarchique gère les obstacles de manière à ce qu’il soit vraiment impossible d’outrepasser les règles. Seuls les plus adroits ont accès à la gestion dess barrières avec des privilèges que les autres n’ont pas. Ces obstacles sont placés de telle façon à définir des limites entre le bien et le mal. Et c’est pour cela que dès lors que le fait que des personnes mal intentionnées arrivent à passer ces obstacles, cette chaîne démontre une défaillance. Très rapidement, la chaîne est donc bancale et il est encore plus difficile de tenir en équilibre dessus. Celui qui respecterait à la règle et à 100% les règles du jeu pourrait s’y faire mal en n’ayant jamais l’intention de passer un obstacle. Celui-ci resterait en silence toute sa vie sans rien dire, dans une tristesse monotone absolue. Mais cette chaîne est parfaitement conçue pour cela. Elle offre des rêves de bien être au travers d’outils qui lobotomisent une partie du cerveau de façon à ce que la souffrance vécue ne soit pas trop difficile à vivre. Mais ces outils ont des effets secondaires qui engendrent d’autres maux, cette fois-ci physiques et non psychologiques. Tout est si bien fait qu’un réseau de traitement des douleurs est mis en place de manière à soigner ces douleurs. Ces douleurs sont dissimulées sous des catégories dont la base est appelé “maladie”. Certaines douleurs disparaissent et on parle alors de “guérison”. Alors que d’autres persistent et des traitement lourds sont à prendre à vie. Les mal intentionnés qui ont su passer les obstacle de façon illégale ont su profiter du système et ont accès à la gestion des obstacles, si bien qu’ils ont aussi un contrôle mal intentionné sur les personnes qui n’ont jamais fait de mal à personne. Le monde devient corrompu et la chaîne sur lequel l’humanité marche est de plus en plus instable. Il réside donc ici un piège qui saute aux yeux comme une incohérence entre deux couleurs identifiées comme identiques, alors qu’elles ne sont pas pareilles et qu’elles ont pour résultat de créer une troisième couleur lorsqu’elles sont mélangées entre elles. Aussi, pour aller plus loin dans les couleurs, il est intéressant de reconnaître que les pensées, les sentiments et les émotions sont des facteurs qui dirigent les êtres humains dans un sens ou dans un autre. Il est aussi essentiel de comprendre que, tout comme les couleurs, ces facteurs évoluent entre eux. Prenons une pensée A et mélangeons là avec une pensée B, il se peut tout à fait qu’une troisième pensée naisse de ce mélange. Prenons une pensée A avec un sentiment B, il est tout à fait possible qu’une émotion naisse de ce mélange. Ainsi, l’alchimie psychologique humaine peut avoir une palette de couleurs très vaste, toujours évolutive et dont la source principale est presque impossible à définir. Prenons un sentiment A qui est devnu un sentiment X après s’être mélangé avec d’autres sentiments. Puis nouveau sentiment est mélangé à des pensées qui ont connu plusieurs alchimies aussi. Il n’est pas sûre de se dire que le nouveau sentiment qui va naître de ce dernier mélange (pensées, sentiments) soit un sentiment tout à fait définissable et il est donc parfaitement acceptable d’accueillir la fameuse phrase qui dit que le coeur à ses raisons que la raison ignore. Mais un mécanisme qui serait parfaitement analysé selon un historique précis pourrait tout à fait nous aiguiller, voir même très précisement, sur le sentiment et la pensée de base qui allait avec. De cette logique vient une conclusion qui veut démontrer que l’être humain, avec ses sentiments et pensée, est manipulable. Si bien que si l’on reprend la chaîne, les mal intentionnés et leurs actions dans cette chaîne, on peut conclure qu’une forte influence de la part d’en haut vient déséquilibrer les gentils hommes, femmes et enfants qui suivent les règles à la lettre dans la chaîne. C’est pourquoi la maladie qui est mise en lumière ici, c’est l’homme, sa chaîne et ses obstacles ainsi que l’identification du l’être bon et de l’être mauvais. Car la vraie maladie de notre humanité, c’est d’avoir laissé passer les mal intentionnés au dessus de nous pour nous diriger. De base, cette chaîne ne devrait pas être conçue de sorte que l’on fasse semblant de l’accepter. C’est certainement la première erreure identifiable. Mais ce mal être d’accepter une chaîne hypocritement vient aussi du fait que l’on s’y sent mal. Et si l’on s’y sent mal, c’est que ceux qui gèrent les obstaclent ont de mauvaises intentions. Car seuls les personnes bien intentionnés feront le nécessaire pour bien s’y sentir et éviter que l’on devienne des pantins qui jonglent en évitant les obstacles pour ne pas tomber. Jongler avec les pensées, les sentiments et les émotions qui en découlent peut être orchestré de manière saine. Si des groupes de personnes ont le pouvoir de faire jongler les pensées, les sentiments et les émotions de façon à ce que la palette de couleurs devient un mélange impossible à comprendre, il est évident que la personne qui a de bonnes intentions ne sait même plus qu’elle fait du mal. Le bien fait du mal, le mal fait croire qu’il fait du bien. Il se peut aussi que l’inverse se produise, à savoir que le mal intentionné soit influencé par le bien et qu’il ne sais même plus de quel côté il est. En croyant faire du mal, il fait du bien et pensant qu’il ne fait jamais le bien, il est erroné lui même. Les barrières deviennent donc de moins en moins logiques et de plus en plus de personnes les passent sans même avoir l’intention de le faire. Si bien que tout est mélangé. Les personnes dont la volonté était de gérer les obstacles restent en bas de la chaîne et se font manipuler par n’importe quel personne d’en haut. Voyez-vous, l’homme a aussi des facultés animales. Et la bonne nouvelle dans tout cela c’est que lorsqu’on est malade, on développe une certaine sensibilité animal, puisqu’on est devenu vulnérable dans cette chaîne et que la nature des êtres humains vient conforter les lacunes qu’ils rencontrent à ce moment précis. Un moment de maladie pour s’apercevoir que nous ne sommes pas malades, mais que c’est l’extérieur qui nous rend malade. Une sensibilité accrue qui met en fonction des parties de notre corps que seul le cerveau est capable de reconnaître. Une protection qui vient alors développer des sens qui ne doivent absolument pas être utiliser dans la chaîne, surtout quand elle est gérée par les mauvaises personnes. Car lorsqu’un animal est dans un endroit, à un moment précis et dans une situation qui va le mettre en danger ou bien tout simplement l’empêcher de réussir à obtenir sa proie et sa survie, il le sait. Il a des alarmes qui se mettent en marche et il écoute le son qu’elles font. C’est pareil pour l’homme malade. Et il ne serait vraiment pas faux de dire que dans cette chaîne, l’homme malade est celui qui entend le son de l’alarme. Et celui qui sait déchiffrer l’alarme, c’est celui qui peut changer le schéma. Car il comprend que c’est le schéma dans lequel l’humanité vit qui est défaillant. Lui en fait est malade, car il a le pouvoir de se guérir et aussi de guérir les autres. Il est donc impossible d’innover un schéma sans tenir compte de celui existant et surtout sans l’avoir déchifré. Il est aussi impossible de déchiffrer le schéma sans avoir pris conscience que l’on vit grâce à l’inconscience dans notre schéma. Il est impossible d’avancer dans le schéma actuel pour celui qui est catégorisé de maladie. La maladie doit se transformer en guérison. Il découvre que ce sont ceux qui sont dans le schéma qui sont malade et que lui ne pourra jamais suivre cette chaîne. Le chemin à prendre, c’est donc celui de la guérison. Revoir toutes les palettes de couleurs qui l’ont amenés là où il est est un travail méticuleux mais auquel il doit se pencher sérieusement afin de détecter à quel moment la défaillance de la chaîne l’a emporté dans ce cycle de maladie. Une fois qu’il sera guérit, il pourra redéfinir une chaîne, un schéma et enfin une vie qui mérite la liberté et la paix. Pourquoi doit-on donc changer ce schéma? parcequ’il est fait pour tuer les hommes, les femmes et les enfants. Le désir du bien règne sur celui du mal, si on peut s’avouer qu’il existe un désir quelconque pour le mal.

Poésie :

Il se veut un air, qui passe et vole

Pour venir chercher la plume d’écrivain,

Muet de toutes belles paroles,

Débordant de mots, de sons, de dessins

Et de cote de cœur du mal contre bien.

Un jour vint en vent puis siffla

Un poème de guerre qu’il écrit ltout bas,

En guerre de lettres vu guérir le bien.

La guérison se cachait, dit-il, au fond

D’un air de mal de la même guérison

Qui ne peut côtoyer le bien ni le bon

Ni même la pensée de l’imagination.

Alors le mal se prit pour un bien,

Et le bien sur terre fit du mal.

Personne n’y compris plus rien.

Loup devint homme, cruel animal !

Le mal, que l’homme cru partis,

Par l’arrêt de la guerre pour le bien

Pris nature pour royaume et paradis

Et ni bien ni mal fut base de conflits.

Car le mal était caché dans le bien

Qui lui s’autorisait le mal pour survie

Du bien de la source de son bon sien.

Mélange de cœurs amères de nos vies.

Cette chanson fit des boucles dans les galaxies

Au-delà de la terre, étoilée de brillants blancs cris

Des millions de pierres tombèrent jours et nuits

S’écrasant sur terre, et jamais n’en fut finit.

La guerre des étoiles, mythe devenu réel

Et la réalité devint secrètement enterré

Dans le subconscient des hommes, pêle-mêle,

Sans jamais retrouver la base de la vraie pensée.

Voulant guérir du mal en éliminant souffrance,

L’homme finit par créer l’arme ultime,

Soi-disant pour le bien, celle de l’indifférence

La guerre revint armée d’un silencieux crime.

Un crime que l’homme toujours ignore

Dans ses actes inconscients alors,

Qui par source de mal, en quête d’or

Tue le bien sur sa route, tel est notre sort. 



Growth Hacking ou pas?

Webmarketing Posted on Tue, May 28, 2019 11:46:50

Le Growth Hacking est un vilain terme utilisé par nos mœurs professionnels récemment et je n’aime pas tout à fait le son de ce titre. C’est pourquoi je vais faire un petit texte sur ce sujet qui me tient à cœur. J’ai moi même voulu initier un mouvement vers un métier qui n’avait pas grande sonorité dans les entreprises et qui je crois n’existe pas tout à fait sous ce titre en France. Cependant, en allant faire un tour sur linkedin, j’ai pu constater avec étonnement que le terme auquel j’ai voulu rattacher mon activité est déjà un terme bien utilisé aux États-Unis. Le web to lead designer ou bien le UX designer lead hunter?
Je pense que des nouveaux métiers sont en train de naître sur la toile grâce aux réseaux sociaux et que nous allons faire face rapidement à une monté en flèche de nouveaux postes dans les entreprises. De là à utiliser ce vilain terme de Hacker, je n’ai pas forcément compris l’intérêt de la tendance sur ce mot. Cela reste un mot de vocabulaire, soit, mais j’ai bien peur que l’on s’y perde encore dans cette voie qui pour moi ne ramène qu’aux mauvaises pratiques du référencement et de la capture de leads (contacts). Il est évident cependant que je suis moi même un growth haker tant biens de sujets s’y rapportent et dont je connais déjà très bien et pratique aussi de la sorte. Tout cela pour vous dire ici que je préfère largement le titre que j’ai inventé pour cela et je resterais sur ma position: WEB to LEAD DESIGNER. Du web, je ramène les leads et je le fait selon un design particulier. Qu’est-ce que j’entend par Design donc ici? J’entend que c’est un modèle que j’essaye de décorer à ma façon de manière à rester humain, unique et performant. La performance se calcule sur le poids du travail que je vais mettre en oeuvre pour arriver à l’aboutissement d’un projet. Les automations sont une chose, mais pour moi elles me servent surtout de résultat de l’effort fourni en amont pour paramétrer une architecture web to lead (ou growth haking si vous préférez). Cela prend énormément de ressources et de temps. Je peux comprendre qu’en utilisant des petits programmes qui peuvent faire partir en boucle des tâches récurrentes est un sujet incontournable. Mais méfiez-vous tout de même des mauvaises pratiques de l’automatisation. J’ai moi même une petite expérience fâcheuse à ce sujet en voulant bien faire. En tous les cas, sachez qu’il est très facile pour les gros médias du web de vous black lister, mais pas seulement. Ils sont à même de bloquer une partie de votre travail sur votre site web, si tant est que vous utilisiez une des API qu’ils proposent gratuitement ou même celles qui consument aussi de l’argent.

En conclusion pour ce petit topic, je pense qu’il faut assurer sur une large palette de couleurs pour devenir un vrai growth hacker que je souhaite moi de mon côté appeler un web to lead developpeur, ou un web to lead designer.



Content Marketing

Web content Posted on Wed, August 09, 2017 16:12:23

Is content Marketing the right approach to your market? It is for sure the right approach. Even though it can be time consuming, you must rethink your marketing stratey if yo have not thought about your content for marketing purpose. You must not only write well to your prospect, but also to the robot that will scroll your content in order to put it in the right position. Webismoi will answer to this service if ever you need help. Though, I want to clarify this topic because so many people believe they can hack the robot system. They might succeed to to it in a one shot exercice, but the bots are made to recognize wether you are a human or you are a robot. So if you start discussing with bots and forget to talk to your audience, then you have for sure a problem with your market and your message. The content must respect human work from the eyes of a robot, and also must respect your message towards your prospects and customers. All that to say that content is only enough when you know to whom you are talking to, where, why, how and when.



Google Adwords

Webmarketing Posted on Wed, August 09, 2017 16:07:40

Is google Adwords the best service to get visibility in a very competitive market today? Wether the market is saturted or niche, there is always a way to get your project seen in the market. Google Adwords will cover your need of visibility and if well done will increase your leads and sales. You must communicate to be known and Google Adwords is one of the essential service of the web market today. Webismoi can offer you SEM service and optimize your google adwords campaigns.



What about design ?

Webdesign Posted on Mon, August 07, 2017 15:13:52

Designing is also the most difficult part of Web design. We use tools that are not easy. Why don’t you give away tips on how to make your website look good?